Bio-Rad, un site en pleine forme

L’usine Bio-Rad de Steenvoorde emploie à ce jour 300 salariés et vient de fêter ses 40 ans. Une belle occasion pour vous la présenter.

Un leader confirmé sur un secteur de haute technicité

Bio-Rad est aujourd’hui un des leaders mondiaux dans le dépistage du sida, des maladies auto-immunes et des hépatites. Implanté en Europe, c’est dans le Nord de la France que se trouve la principale antenne européenne du groupe. Le haut degré d’expertise de Bio-Rad en fait un conseiller de  poids quand le pays est confronté à certaines crises sanitaires. La société a ainsi fait valoir ce statut d’expert ces dernières années, entre autres dans la crise de la vache folle. L’entreprise est aussi une usine spécialisée dans la production de matériel dédié à l’analyse médicale. Ces deux pans de son activité font de cette usine de Steenvoorde un bel exemple de réussite économique. Un succès qui repose sur deux piliers essentiels : une philosophie résolument tournée vers l’humain (comme nous le verrons plus en détails ci-dessous) et une grande importance accordée à la recherche et au développement (ce secteur justifie à lui seul près de 15% de l’effectif total dans l’entreprise).

L’humain au cœur du système

Si l’entreprise bénéficie de résultats économiques probants (sur un marché pourtant hautement concurrentiel), elle semble les devoir ; si ce n’est en totalité au moins en bonne partie ; à sa stratégie, qui place l’humain au cœur du système. En effet, comme en atteste le directeur industriel Pascal Paoli : “rien ne sert d’acheter un robot qui supprime deux emplois si vous ne l’utilisez que deux jours par semaine. L’humain nous donne une plus grande faculté d’adaptation.” Une volonté qui se traduit de la façon suivante : les effectifs ont doublé ces 25 dernières années avec un turnover inférieur à 2%. Mais là où cette démarche va plus loin, c’est en repensant régulièrement la pénibilité du travail. Chaque optimisation des lignes de production s’accompagne d’une réflexion sur la répétition des tâches pour la personne qui occupe le poste. Ce faisant, tout est mis en œuvre pour varier les gestes et se prémunir ainsi au mieux des postures inadaptées, des douleurs ou fatigues musculaires, etc. Un souci du détail dont les salariés sont reconnaissants, comme le confirme Valérie Picot-Husson qui a démarré comme stagiaire dans la société il y a de cela 26 ans : “l’entreprise évolue toujours, c’est passionnant“.

Source :

Article dans le quotidien gratuit 20 minutes du 6 novembre 2013.

Ce contenu a été publié dans Actualité pharmaceutique, scientifique et médicale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *