La santé en ligne gagne du terrain

Ce qui, il y a encore peu de temps, n’était qu’un secteur relativement inconnu, commence peu à peu à se développer chez de nombreux Français. Comme le confirmait le mois dernier un article du quotidien gratuit 20 minutes, le secteur de la santé en ligne prend de plus en plus d’importance.

Nouveau regard sur la santé en ligne

En effet, selon de récents sondages réalisés par BVA-20-minutes-Syntec, les Français semblent tout à fait enclins (et pas seulement les jeunes) à recourir à un échange avec leurs praticiens sur Internet. Pour les personnes sondées, cela correspond à 83% pour le suivi d’une maladie chronique, 82% pour un suivi postopératoire et 76% enfin pour des échanges avec le médecin traitant. Ainsi, après de nombreux autres domaines, c’est au tour de la santé de se démocratiser sur la toile. Toujours selon le même article (de Bertrand de Volontat) on apprend que les mœurs sont effectivement en train de changer et qu’elles suivent parallèlement une autre évolution de notre consommation, les internautes sont de plus en plus des mobinautes.

E-santé, un enjeu mobile

Il est vrai que dans notre néo-univers interconnecté, quel meilleur support que le mobile pour surveiller notre santé ? Pour des raisons pratiques évidentes, le smartphone nous suit partout ou presque. Il s’agit là d’un atout indéniable pour le mobile avec lequel qui plus est, beaucoup d’utilisateurs entretiennent un rapport privilégié. Deux bonnes raisons d’en faire le support chouchou du développement de la e-santé en France. Résultat des courses, plus de 10 000 applications sont d’ores et déjà disponibles sur les différentes plateformes. Si ce chiffre semble impressionnant, il devrait continuer à grandir pour satisfaire une cible de 7 millions d’utilisateurs en France (source TNS Sofres).

Ce contenu a été publié dans Actualité pharmaceutique, scientifique et médicale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *