Travaillez votre mémoire pour les gratifications différées

La solution préconisée dans la célèbre citation d’Oscar Wilde concernant notre faculté à céder ou non à une tentation, vient tout récemment de se dégoter une alternative. Elle vous plaira peut-être moins, mais cette dernière a le mérite de s’appuyer sur les résultats d’une recherche scientifique. Menée par les chercheurs de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), cette étude montre que les systèmes cérébraux nous permettent de résister aux tentations en vue d’un gain plus important dans le futur.

Une région du cerveau en particulier

Comme vous pouvez le lire dans cet article, une région du cerveau, la région dorso-latérale du cortex préfrontal, se révèle décisive dans la capacité de la personne à résister ou à céder à la tentation à laquelle elle est soumise.

L’hippocampe au cœur du processus décisionnel

hippocampeComme vous pourrez aussi le constater dans l’article, avec une méthodologie s’appuyant sur des tests (et donc des tentations) d’ordres différents, l’étude met en évidence la prépondérance d’une zone encore plus précise et localisée, l’hippocampe. En effet, avec un test basé sur des récompenses plus naturelles (comme des aliments par exemple), le Docteur Pessiglione et son équipe ont constaté que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer (ayant donc des lésions au niveau de l’hippocampe) s’orientent plus particulièrement vers les récompenses immédiates. Le Docteur en précise la cause ainsi : « Ceci est dû au fait que l’hippocampe est nécessaire pour imaginer les situations futures avec une richesse de détails qui les rendent suffisamment attrayantes ».

Un nouvel exemple de corrélation

Et si la région dorso-latérale du cortex préfrontal et l’hippocampe jouent un rôle dans notre rapport à la gratification différée, cette capacité se dessine dès notre plus jeune âge. C’est ce que permet de constater le test du marshmallow (explication ci-dessous). Heureusement pour nous, aucun danger n’a été décelé quant au fait de céder à la tentation d’exercer sa mémoire !

Compléments d’informations

La célèbre citation d’Oscar Wilde : « The only way to get rid of a temptation is to yield to it. Resist it, and your soul grows sick with longing for the things it has forbidden to itself. » dont Wikiquote propose aussi une traduction : « Le seul moyen de se débarrasser d’une tentation est d’y céder. Essayez de lui résister, et votre âme aspire maladivement aux choses qu’elle s’est défendues. ».

Le test du marshmallow : il s’agit d’une recherche scientifique démarrée en 1972 et dirigée par Walter Mischel, psychologue à l’université de Stanford. Le test consiste à amener un enfant de 4 ans dans une pièce et à lui offrir un marshamallow, en lui précisant que s’il ne le mange pas tout de suite, il en aura un deuxième. Une fois l’adulte sorti de la pièce (son retour s’effectuant 15 minutes après), on mesure le temps pendant lequel les enfants réussissent à résister. Comme en attestent les nombreuses vidéos (celle-ci par exemple), les 15 minutes seul devant un marshmallow, pour un enfant de 4 ans, sont très très longues. A titre d’information, un tiers d’entre eux a réussi à attendre jusqu’au retour de l’adulte, mais l’enseignement intéressant de cette étude le voici : en suivant les enfants jusqu’à l’âge adulte, les chercheurs ont constaté que plus les enfants avaient su résister et plus ils ont eu de succès en tous genres dans la vie par la suite.

Ce contenu a été publié dans Actualité pharmaceutique, scientifique et médicale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *