Comment le pharmacien peut-il accompagner une personne dépendante ?

A partir du moment où le pharmacien a pris connaissance du mode de vie d’une personne, il est en mesure de s’adapter à ses besoins. Bien plus que de n’être qu’un simple vendeur de médicaments, grâce à son sens du relationnel et à une certaine disponibilité il coopère avec les différentes structures de suivi d’un patient et notamment pour ceux qui sont en situation de dépendance.

La pharmacie : un lieu de proximité appréciée

L’Ordre National des Pharmaciens cherche continuellement à améliorer ses pratiques professionnelles pour l’intérêt du malade avec une attention particulière envers les personnes dépendantes. Il veille aussi à la qualité du service, à la compétence et à la mise en place de programmes adaptés.

encadrement médicalLes pharmacies sont des lieux de proximité et d’accueil ouverts à tous, possédant généralement leurs propres clientèles d’habitués. Cette position stratégique, au contact quasi quotidien des patients, permet aux pharmaciens d’établir une relation de confiance avec les patients.

De nombreuses sociétés proposent des contrats de garantie contre la dépendance. Le pharmacien est en général le professionnel de santé le plus accessible pour obtenir un premier avis sur la question.

Le pharmacien : un conseiller vigilant

Avec le vieillissement de la population, le professionnel doit adapter ses services aux personnes âgées. Même si le praticien est tenu au secret médical, en étant vigilant aux comportements de ses clients âgés, il est aux premières loges pour détecter des comportements anormaux et alerter la famille ou les organismes sociaux en cas de doute.

Il prend également sa place dans l’organisation qui s’installe autour d’une personne dépendante. En prenant connaissance du traitement et des soins, il devient un maillon important dans son accompagnement, en particulier si le patient est maintenu à domicile. Il assure le suivi avec l’infirmier ou le membre de la famille responsable du « dépendant ». Il surveille les incohérences et vérifie la fréquence de prise du traitement.

Ce contenu a été publié dans Actualité pharmaceutique, scientifique et médicale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *