Répondre aux enjeux de la pharmacie en ligne

Les récentes mutations du secteur vont pousser, avec les établissements qui décident d’ouvrir une pharmacie en ligne, les délégués pharmaceutiques à s’adapter en conséquence. Nous allons voir quelques petits ajustements que le délégué peut apporter à sa stratégie habituelle (à condition d’être en accord avec sa direction commerciale bien entendu) pour répondre aux nouveaux enjeux de la vente de médicaments sans ordonnance par Internet.

Redoubler de vigilance

Il va falloir dans un premier temps redoubler de vigilance. Avant l’apparition de la commercialisation en ligne, le pharmacien devait juste s’assurer que tous les produits qu’il vend au pharmacien étaient bien présentés dans l’officine. Là, il va falloir en plus s’assurer qu’il n’y a pas d’oubli sur le site. On ne parle bien évidemment pas ici des produits phares qui auraient peu tendance à être oubliés, mais plus de produits qui sont consommés de façon moins fréquente.

Adapter la communication

communication efficaceEnsuite, dans la façon de communiquer, il y a peut-être quelques petites choses qui peuvent être faites pour assurer la promotion des produits du laboratoire. Pour cela il faut commencer par bien s’informer car la vente de médicaments en ligne est inscrite dans un carcan légal extrêmement restreint. Mais il y a tout de même des solutions simples à mettre en œuvre. Si vous fournissez au pharmacien un produit (également vendu en ligne) accompagné d’une PLV (Publicité sur le Lieu de Vente), n’hésitez pas à y mettre un message de ce type : « le (nom de votre produit) est également disponible en ligne sur (adresse de la pharmacie en ligne) ».

Adapter vos argumentaires

Dernier ajustement et non des moindres, adaptez vos argumentaires (et éventuellement vos ventes en accord avec votre direction commerciale), en fonction des besoins différents des pharmaciens. On peut ici imaginer par exemple que les pharmaciens qui vendent aussi sur Internet vont devoir diminuer leur marge et vont donc chercher à tirer davantage le coût à l’achat vers le bas. De ce fait, en tant que délégué pharmaceutique, vous devrez donc peut-être chercher à négocier un plus gros volume de vente en contrepartie.

Ce contenu a été publié dans Infos et Formations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *