Des venins comme sources de médicaments

Chercher le venin pour trouver le médicament… C’est en gros le but de Venomics, un projet européen unique destiné à rassembler le plus de données possibles sur les venins dans l’espoir d’en tirer des médicaments.

venins-medicamentsAinsi, durant quatre années, des scientifiques de 5 pays, à savoir la France, l’Espagne, le Portugal, la Belgique et le Danemark, ont sillonné le monde pour recueillir le venin et la salive de plus de 200 animaux (araignées, scorpions, abeilles, fourmis, serpents, lézards, anémones de mer, escargots marins…).

Associés à des laboratoires pharmaceutiques, les chercheurs ont déjà sélectionné et produit in vitro 4 000 toxines qui sont actuellement stockées en région parisienne. Grâce à ce projet, les équipes de chercheurs ont ainsi pu créer une base de données unique, de plus de 25 000 séquences de toxine, qui sera accessible aux chercheurs sur internet dès fin octobre.

Selon les scientifiques, pour le moment, entre 30 et 40 molécules sembleraient être efficaces contre la douleur, pour soigner le diabète ou pour moduler certains dysfonctionnements du système immunitaire. Si cela est bien confirmé d’ici à la fin de l’année, des études en laboratoire sur des cellules, puis sur des animaux seront réalisées avant de faire des essais cliniques sur l’homme. Il faudra donc attendre encore quelques temps afin que les venins deviennent des sources de médicaments.

En attendant, écoutez l’émission sur le projet Venomics ici : http://www.franceinfo.fr/emission/c-est-ma-sante/2015-2016/les-animaux-sources-de-medicaments-27-10-2015-06-25

Ce contenu a été publié dans Actualité pharmaceutique, scientifique et médicale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *